Dévotion réparatrice des premiers samedis

Sacrifices, Mortifications et Pénitences (au Portugal :conversion)….
Fatima, l’Amour des Pécheurs ; écoutons nos petits bergers car c’est sur eux que repose toute cette histoire:
Un jour d’été, alors que nous aurions dû faire la sieste à la maison, nous étions en train de jouer sur le puits que possédaient mes parents, au fond du jardin et qu’on appelait ‘ Arneiro ’. Soudain, nous vîmes près de nous l’Ange, à ce qu’il me sembla. Il nous dit :
 – Que faites-vous ? Priez, priez beaucoup. Les Saints Cœurs de Jésus et de Marie ont sur vous des desseins de miséricorde. Offrez constamment au Très-Haut des prières et des sacrifices.
 – Comment ferons-nous des sacrifices ? – demandai-je.
– De tout ce que vous pourrez, offrez à Dieu un sacrifice, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et de supplication pour la conversion des pécheurs. Attirez ainsi la paix sur votre Patrie. Je suis son Ange Gardien, l’Ange du Portugal. Surtout, acceptez et supportez avec soumission les souffrances que le Seigneur vous enverra.
 
L’apparition du 13/05 :
 Les paroles que nous dit la Très Sainte Vierge ce jour-là et que nous avions décidé de ne jamais révéler, sont celles-ci : Après nous avoir dit que nous irions au Ciel, Elle nous demanda :
 – Voulez-vous vous offrir à Dieu pour supporter toutes les souffrances qu’Il voudra vous envoyer, en acte de réparation pour les péchés par lesquels Il est offensé, et en supplication pour la conversion des pécheurs ?
 – Oui, nous le voulons, fut notre réponse.
– Vous allez donc avoir beaucoup à souffrir, mais la grâce de Dieu sera votre réconfort.
 
Méditation sur les sacrifices :
Lorsque nous arrivâmes au pâturage, Jacinthe, ce jour-là, s’assit pensive sur une pierre.
 – Jacinthe, viens jouer.
 – Je ne veux pas jouer aujourd’hui.
 
 – Pourquoi ne veux-tu pas jouer ?
 – Parce que je suis en train de penser. Cette Dame nous a dit de dire le chapelet et de faire des sacrifices pour la conversion des pécheurs. Maintenant, lorsque nous dirons le chapelet, nous réciterons les ‘ Ave Maria ’ et les ‘ Padre Nosso ’ tout entiers. Et les sacrifices comment les ferons-nous ? François trouva tout de suite un bon sacrifice :
– Donnons notre goûter aux brebis et faisons le sacrifice de ne rien prendre. En quelques minutes, nous avions distribué notre goûter aux brebis et nous passâmes ainsi une journée à jeun. Le Chartreux le plus austère n’en aurait pas fait autant.
 
Nous avons à vaincre la mollesse de notre amour du prochain !
Nous sommes composés d’un corps qui vit dans le monde et une âme qui est destinée à l’éternité.
Le monde contaminé depuis Adam par les puissances des ténèbres veut la perdition de l’âme et pour cela cherche à l’étouffer pendant toute la vie terrestre du corps.
N’ayons pas peur du mot, cette vie terrestre est une lutte contre l’ivresse du monde.
Pourtant nous avons en nous, naturellement, la notion du bien et du mal mais ces notions sont brouillées par des habitudes et des lois humaines pernicieuses.
A nous de mortifier continuellement nos penchants humains pour desserrer l’étau qui empêche l’exaltation de notre âme.
Pourquoi faire des efforts, le sens de nos efforts.
 
« Si quelqu’un veut être mon disciple, qu’il se renonce lui-même, qu’il porte sa croix et qu’il me suive » Mat.,XVI, 24.
 
Je vais vous décrire un entrainement quotidien salutaire qui nous rendra prêt a accepter les épreuves quand elles surviendront :
1- Supportez les défauts du prochain, défauts d’éducation, d’esprit, de caractère. Supportez tout ce qui vous déplaît en lui, la démarche, l’attitude, le ton de la voix, l’accent, que sais-je ?
Etes-vous tenté de vous fâcher ? Pour l’amour de Jésus, soyez doux. Est-ce de vous venger ? Rendez le bien pour le mal ; on dit que le grand secret de toucher le cœur de sainte Thérèse, c’était de lui faire quelque mal. Est-ce de faire mauvaise mine à quelqu’un ? Souriez-lui avec bonté. Est-ce d’éviter sa rencontre ? Recherchez-le par vertu. Est-ce d’en dire du mal ? Dites-en du bien. Est-ce de lui parler durement ? Parlez-lui bien doucement, cordialement.
Aimez à faire l’éloge de vos frères, surtout de ceux sur lesquels votre jalousie se porte plus naturellement 
 
 Ne faites pas de l’esprit au détriment de la charité 
 
 Si l’on se permet en votre présence de propos peu convenables ou que l’on tienne des conversations de nature à nuire à la réputation du prochain, vous pourrez parfois reprendre avec douceur celui qui parle, mais le plus souvent il vaudra mieux détourner habilement la conversation ou témoigner par un geste de chagrin ou d’inattention voulue que ce qui se dit vous déplaît.
 
 Il vous en coûte de rendre un petit service ; offrez-vous à le rendre : double mérite.
 
  Ayez horreur de vous poser en face de vous-même et des autres comme une victime. Loin de vous exagérer vos fardeaux, efforcez-vous de les trouver légers ; ils le sont en réalitébeaucoup plus souvent qu’il semble, ils le seraient toujours si vous aviez plus de vertu.
 
 
C’est ce qu’on compris nos petits bergers à l’école de Notre Dame :
Ils se sont vus dans l’Amour de la sainte trinité mais ont aussi été effrayés par la vision des âmes qui tombaient en enfer en si grand nombre, parce que personne ne faisaient de sacrifices pour obtenir leur conversion !
En effet, le Christ , par son sacrifice a racheté le monde et il nous demande, par amour du prochain de joindre nos sacrifices au sien.
Apprenons donc a accepter toutes les souffrances qui nous arrivent sans nous rebeller.
En les acceptant, il nous est possible de les transfigurer en offrande d’Amour pour la conversion des pêcheurs.
Et notre Dieu va recevoir ces offrandes portées par   notre Ange gardien sur son autel Céleste et faire tomber une pluie de grâces sur les âmes qui en ont le plus besoin, déclenchant ainsi leur conversion ! ( rappelez- vous St Paul après le sacrifice d’Etienne c’était aux pieds de St Paul qu’avaient été déposés ses vêtements ;l’offrande est montée jusqu’à Dieu et la conversion de St Paul eut lieu) ….
Pour reprendre l’exemple du parapluie d’Amour, voici quelques « perforateurs » du parapluie d’amour de notre Dieu qui vont maintenant non seulement cesser de perforer mais en plus rejoindre l’assemblée des réparateurs pour reconstituer l’intégrité de la protection de l’humanité contre les plans de Satan !
Martial, nous avons pensé à un fil rouge pour le mois de mai :
Et si l’on essayait de mettre un frein salutaire à nos lèvres afin qu’elles ne profèrent aucune parole de discorde…

Sacré silence !! hein Martial 

Pas de Commentaires pour Dévotion réparatrice des premiers samedis

Laisser une réponse